Regard sur l'actualité — Le TDAH et la délinquance

Julie Charbonneau — Programme de maîtrise en sciences de l'éducation

Regard sur l’actualité — Le TDAH et la délinquance

Le diagnostic du trouble déficitaire de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) a connu un essor remarqué dans les dernières années au Québec. Le contexte pandémique actuel a mis en lumière certaines difficultés d’individus ayant un TDAH.

Avec le confinement et les mesures sanitaires, les élèves ayant certains troubles d’apprentissage ou un TDAH ont été mis à rude épreuve. Ainsi, les cliniques et les centres de services scolaires reçoivent plus d’appels pour des demandes de services qu’avant la pandémie. De plus, en ce qui a trait à la réussite, un écart a notamment été constaté entre les élèves qui n’ont pas de difficultés et ceux ayant des difficultés à l’école. Or, certaines de ces difficultés semblent avoir un effet sur la trajectoire délinquante d’un individu ayant un TDAH.

Selon l’équipe de recherche québécoise dirigée par Christopher Wright, la prévalence en milieu carcéral d’individus ayant un TDAH serait de 10 à 20 %[1]. Une étude menée par Ylva Ginsberg en Suède rapporte quant à elle que 40 % des individus d’un établissement carcéral pour hommes auraient un TDAH[2]. Certaines caractéristiques de ces personnes telles que l’inattention, des lacunes sur le plan de la mémoire, l’impulsivité et des problèmes avec le concept de soi ont été soulevées à plusieurs reprises. De plus, les individus ayant un TDAH présenteraient souvent une comorbidité avec un trouble de substances, un trouble de la personnalité, un trouble d’anxiété ou un trouble du spectre de l’autisme, en plus d’avoir un très faible niveau de scolarité. La communauté scientifique se demande ce qui pourrait expliquer que les individus ayant un TDAH soient aussi présents en milieu carcéral.

Le TDAH est l’un des troubles les plus diagnostiqués et les plus communs chez les enfants. Il présente trois composantes possibles qui varient en présence et en intensité : l’inattention, l’hyperactivité et l’impulsivité. Comme l’indiquent les chercheurs américains Joseph Johnson et Robert Reid, ces composantes peuvent mener à un dysfonctionnement des fonctions exécutives[3]. Ces dernières sont un ensemble de processus cognitifs qui permettent à un individu de réguler intentionnellement ses pensées et ses comportements dans le but d’atteindre les objectifs fixés. Elles lui permettent de contrôler ses pensées, ses comportements et ses émotions; de bien fonctionner lors de situations sociales; de résoudre des problèmes; de planifier, d’organiser et de raisonner. Or, parce que les composantes du TDAH (inattention, hyperactivité, impulsivité) peuvent causer un dysfonctionnement de leurs fonctions exécutives, les individus ayant un TDAH semblent être prédisposés à présenter des comportements antisociaux, de l’agressivité, de l’impulsivité et des abus de substances, puisqu’ils ont de la difficulté à réfléchir aux conséquences, à attendre leur tour, à respecter les consignes, à tolérer la frustration, à demander la permission, etc.

Une attention particulière portée aux difficultés des élèves ayant un TDAH par les intervenantes et les intervenants scolaires, plus particulièrement en cette période pandémique, pourrait toutefois permettre de prévenir une trajectoire délinquante.

 

Références

[1] Wright, C., Brouillard, M., Daigle, M., Côté, G. et Toupin, J. (2015). Troubles mentaux et tentatives de suicide chez les détenus. Le rôle du trouble du déficit de l’attention avec hyperactivité. Criminologie, 48(1), 165-189. https://doi.org/https://doi.org/10.7202/1029353ar

[2] Ginsberg, Y., Hirvikoski, T. et Lindefors, N. (2010). Attention Deficit Hyperactivity Disorder (ADHD) among longer-term prison inmates is a prevalent, persistent and disabling disorder. BMC Psychiatry, 10, 112. https://doi.org/10.1186/1471-244X-10-112

[3] Johnson, J. et Reid, R. (2011). Overcoming executive function deficits with students with ADHD. Theory Into Practice, 50(1), 61-67. https://doi.org/10.1080/00405841.2010.534942

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *