Volume 28 / No 2 / Été 2019

Alors que l’été pointe le bout de son nez, je me réjouis à l’idée de retrouver Le soleil de Chihuly, qui orne pendant la belle saison la devanture du pavillon Michal et Renata Hornstein du Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM), rue Sherbrooke. Je l’avoue, j’adore cette œuvre de l’artiste américain Dale Chihuly. Je l’aime aussi pour ce qu’elle représente pour Montréal. Une sculpture coup de poing, dans le bon sens de l’expression. Tu la vois, tu l’aimes, c’est certain. Elle te met un sourire dans le visage en moins d’une minute. Quelle audace a eue le MBAM d'installer à l'extérieur une œuvre d'art en verre soufflé qui vaut un prix de fou!Je ne suis probablement pas la seule Montréalaise à être si fière de sa présence en plein cœur de la ville.

Plusieurs œuvres d’art public jalonnent Montréal. Est-ce qu’on les apprécie pleinement chaque fois qu’on les voit ? Sûrement pas. Certaines font maintenant partie du paysage de la ville, et c’est tant mieux. Néanmoins, je suis convaincue qu’elles influencent notre identité comme Montréalais et Montréalaises, et notre sentiment d’appartenance à notre ville. Je crois sincèrement qu’à force d’être en présence de beauté, notre humeur est transformée et notre capacité d’être en relation les uns avec les autres, enrichie. Voilà pourquoi je me porte toujours à la défense des projets d’art public de la Ville. Ça coûte cher ? Oui, une fortune, même. Est-ce que l’argent pourrait être utilisé à d’autres fins ? Bien sûr. Toutefois, pour plusieurs œuvres, l’argent investi correspond à 1 % du budget du ministère de la Culture, conformément au décret de 1961, mieux connu sous l’appellation de « politique du 1 % ». D’autres projets se sont concrétisés grâce au gouvernement fédéral (l’illumination du pont Jacques-Cartier, par exemple) ou à des dons privés.

Quand je vois les sculptures extérieures de David Altmejd et de Jean Paul Riopelle, les larmes me montent aux yeux devant tant de créativité et de beauté. C’est en pensant à des œuvres comme celles-là que j’ai hâte de découvrir cet automne l’ensemble de sculptures de bronze de l’artiste algonquine Nadia Myre, qui sera installé dans le parc Bonaventure, à l’entrée de la ville. De toutes les œuvres d’art public de la ville, peu sont d’artistes autochtones. Cependant, je constate un changement depuis quelques années. Il semble exister une réelle volonté de donner davantage de visibilité à ces créateurs. Des actions se multiplient, des projets de toutes sortes voient le jour. Sous peu, Montréal pourra se vanter d’avoir rattrapé le temps perdu grâce à ce travail réalisé main dans la main avec des artistes issus des diverses nations autochtones.

C’est dans l’optique de mettre de l’avant les initiatives intéressantes qui participent à ce rattrapage que l’équipe de la revue a décidé de publier deux textes en histoire de l’art. Les auteures traitent de sujets différents, mais toutes deux d’art autochtone. C’est une perspective qui nous plaît bien et à laquelle nous voulons aussi participer en diffusant leurs articles.

Bonne lecture !

Marie-Paule


REGARD SUR L'ACTUALITÉ — L’intelligence artificielle et le monde du travail, Dobah Carré — Programme de postdoctorat en droit

L’émergence des systèmes d’intelligence artificielle serait sur le point de changer radicalement la façon dont nos sociétés sont organisées. De ce fait, le monde du travail vivra des transformations majeures.De …

Continuer la lecture >

Télécharger la publication

CHRONIQUE — La solitude des étudiants universitaires, Sonia Lupien — Chercheure en neurosciences

Pour la majorité des étudiants, le début des études universitaires rime avec exaltation et enrichissement. Pourtant, plusieurs d’entre eux vivent de la solitude et se sentent isolés. Comment y remédier ? …

Continuer la lecture >

Télécharger la publication

SANTÉ — Les contaminants sous la loupe, Sarah Faure — Programme de maîtrise en Santé Environnementale et Santé au Travail, option toxicologie

Les contaminants chimiques sont omniprésents dans l’environnement et peuvent pénétrer dans l’organisme de l’être humain via l’air respiré, l’eau bue ou encore la nourriture ingérée quotidiennement. Les récentes avancées en …

Continuer la lecture >

Télécharger la publication

SANTÉ — Soigner le cerveau par le système digestif, Hélène Jamann — Programme de doctorat en neurosciences

Étudié depuis plus d’un siècle pour ses fonctions dans la digestion, le système gastro-intestinal, qualifié de « deuxième cerveau », n’a pas fini de surprendre. Toutefois, au fil des découvertes scientifiques faites …

Continuer la lecture >

Télécharger la publication

SOCIÉTÉ — L’encyclopédie et le classement du savoir, Audray Jolin — Programme de maîtrise en littérature de langue française

L’organisation des connaissances évolue continuellement. Or, après une comparaison de la pensée encyclopédique qui se cache derrière chaque époque, force est d’admettre que l’objectif reste très souvent le même. Les …

Continuer la lecture >

Télécharger la publication

ARTS — L’histoire derrière Les castors du roi, Julie Graff — Programme de doctorat en histoire de l'art

Exposé au Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM), le tableau Les castors du roi porte un regard innovateur sur les collections permanentes d’art canadien et québécois, et sur l’histoire qu’elles …

Continuer la lecture >

Télécharger la publication

ARTS — L’art autochtone dans les rues de Montréal, Clara Ruestchmann — Programme de maîtrise en histoire de l'art

Montréal a inauguré en 2018 une murale réalisée par l’artiste atikamekw Meky Ottawa en hommage à la cinéaste abénaquise AlanisObomsawin. La murale rejoint les rares œuvres d’art public autochtone disséminées …

Continuer la lecture >

Télécharger la publication

Q/R — La science manque-t-elle d'amour ?, Marie-Paule Primeau — Rédactrice en chef

Malgré ses avancées et l’omniprésence de ses applications dans de nombreux aspects de notre vie, la science n’arrive pas à intéresser une partie du grand public. Celui-ci, souvent en mal …

Continuer la lecture >

Télécharger la publication