Regard sur l'actualité — Les deux visages de John A. Macdonald

Jeremy John Walling — Programme de doctorat en histoire

Regard sur l’actualité — Les deux visages de John A. Macdonald

Absente de la place du Canada depuis son déboulonnement en août 2020, la statue de John A. Macdonald demeure une pomme de discorde sur la scène politique. Indissociable de l’héritage controversé de l’homme qu’elle célèbre, cette effigie est au cœur d’un affrontement entre deux visions distinctes de l’histoire canadienne.

Dans le cadre de sa course à la mairie de Montréal, Denis Coderre a émis d’un même souffle deux promesses en apparence contradictoires : rebaptiser la place du Canada « place de la Réconciliation » pour rendre hommage aux Premières Nations et y réintroduire la statue de John A. Macdonald, une figure politique associée à l’assimilation des communautés autochtones. Précisant que la statue serait accompagnée de plaques explicatives, Denis Coderre a justifié son potentiel retour par les mots suivants : « S’il était là, il était là, alors moi, je n’aime pas qu’on déboulonne le passé […] Je veux l’expliquer, je veux le comprendre[1]. »

Loin d’être unique, cette position est partagée par une part non négligeable de la population canadienne et québécoise qui, malgré le caractère controversé de certains aspects de la carrière de Macdonald, perçoit ce dernier comme un symbole d’unité nationale digne d’être préservé. Premier homme à avoir occupé le poste de premier ministre canadien, Macdonald demeure pour plusieurs un père de la Confédération canadienne, celui qui guida le pays lors de ses balbutiements et qui orchestra l’unification de la majorité des territoires qui constituent le Canada moderne en parallèle de la construction d’un ambitieux chemin de fer transcontinental[2].

Solidement ancrée au sein de l’identité nationale canadienne, cette interprétation positive et nationaliste de l’héritage de Macdonald est présentement remise en question par ceux et celles qui s’opposent à la présence de son effigie sur la place publique. Loin de percevoir Macdonald comme un symbole d’unité, ces personnes voient en lui une figure fondamentalement raciste. Pointant du doigt la participation active de l’ancien premier ministre à la création des pensionnats autochtones et à l’adoption de la Loi sur les Indiens, les détractrices et les détracteurs de Macdonald lui reprochent d’être l’un des principaux architectes d’un système colonial qui visait l’assimilation complète de la population autochtone, un système aujourd’hui qualifié de génocide culturel. À leurs yeux, la présence et la glorification de John A. Macdonald dans les lieux publics constituent une entrave à la réconciliation entre le Canada et les Premières Nations[3].

À première vue incompatibles, ces deux interprétations de l’héritage de John A. Macdonald représentent les deux facettes d’une même réalité historique. L’homme qui participa activement à la création d’un Canada qui s’étend d’un océan à l’autre est exactement le même individu qui travailla à l’assimilation des peuples autochtones. Le cœur du débat opposant le père de la Confédération au créateur des pensionnats autochtones touche à des aspects non seulement historiques, mais également identitaires et politiques. Alors que le Canada cherche à repenser ses relations avec les peuples autochtones et son histoire coloniale, une figure historique telle que Macdonald devient un point de discorde inévitable entre diverses visions du passé, du présent et du futur de la nation.

 

[1] Labbé, J. (2021, 5 octobre). Sous Denis Coderre, la place du Canada deviendrait la place de la Réconciliation. ICI Radio-Canada. https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1829184/entretiens-culture-montreal-centre-phi-statue-macdonald

[2] Symons, T. H. B. (2015, été). John A. Macdonald : fondateur et créateur.. CITC, 6-10. https://acs-aec.ca/wp-content/uploads/2019/05/CITC-2015-Ete.pdf

[3] Spicer, C. (2020). Set in stone? Monuments, national identity & Sir John A. Macdonald. Leviathan, 11(1), 34-37. http://journals.ed.ac.uk/leviathan/article/view/4224/6074

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *