SOCIÉTÉ — De la psychose au suicide

Roxanne Sicotte — Programme de doctorat en sciences biomédicales

SOCIÉTÉ — De la psychose au suicide

Le taux de suicide au Québec a amorcé une diminution importante au début du siècle, notamment grâce à l’instauration de différentes mesures de prévention. Le Plan d’action en santé mentale 2015-2020 du gouvernement du Québec recommande toutefois de poursuivre les efforts de sensibilisation et de prévention du suicide, particulièrement auprès des populations vulnérables. Les personnes atteintes d’un premier épisode psychotique font partie de celles-ci. Une meilleure compréhension des caractéristiques mêmes des troubles psychotiques qui augmentent le risque suicidaire pourrait permettre, d’abord, de mieux cibler, parmi toutes celles atteintes d’un premier épisode psychotique, les personnes qui sont à risque de suicide et, ensuite, d’intervenir rapidement auprès de ces dernières.

Aujourd’hui, trois Québécois sont décédés par suicide, et c’est ainsi tous les jours[1]. Le taux de décès par suicide est plus élevé chez les personnes qui présentent un premier épisode psychotique (PEP), soit 18 fois plus élevé que dans la population générale[2]. Avant même leur premier contact avec les services psychiatriques, de 26,2 % à 56,5 % des individus qui présentent un PEP auront des idées suicidaires et jusqu’à 10 % d’entre eux feront une tentative de suicide[3]. Ces pensées ainsi que ces comportements sont accompagnés d’une grande souffrance tant chez ces personnes que chez leurs proches. Pour en venir à diminuer le taux de suicide chez cette population, les chercheurs s’intéressant aux PEP tentent de définir les caractéristiques des troubles psychotiques qui contribuent au développement des idées suicidaires, des tentatives de suicide ainsi qu’au décès par suicide.

Un début qui importe

Le PEP représente l’émergence d’un trouble psychotique caractérisé par une altération du contact avec la réalité[4]. Il survient généralement entre 15 et 26 ans chez les hommes et entre 24 et 32 ans chez les femmes[5]. Les deux à cinq années qui suivent le PEP sont déterminantes, puisqu’elles prédisent l’évolution à long terme de la personne sur le plan de son fonctionnement (travail, école, relations sociales, etc.) et de ses symptômes. En effet, un plus jeune âge au moment de l’apparition du trouble psychotique augmente le risque de tentatives de suicide et de décès par suicide[6]. Une plus longue durée de psychose non traitée* est également associée à un plus haut risque de tentatives de suicide au début de la maladie[7]. D’ailleurs, des programmes d’intervention pour PEP ont été mis en place au Québec et dans plusieurs pays du monde, tels que le Royaume-Uni, l’Australie et la Norvège, pour soutenir les personnes atteintes d’un PEP[8]. Ces programmes permettent notamment de minimiser les effets de cette maladie en offrant, de façon précoce et intensive, un traitement pharmacologique adapté, un suivi continu, un accès à des services de soutien à l’emploi et aux études, un soutien à la famille ainsi qu’une transition vers d’autres services à la fin de la période de soins[9]. En plus de ces programmes d’intervention pour PEP, la détermination des caractéristiques des troubles psychotiques associées au risque suicidaire, comme les événements de vie difficiles, les symptômes psychotiques et les troubles associés, permettrait de cibler dès le début de la maladie les personnes à risque de suicide et d’intervenir sur les facteurs modifiables.

Avant même le début de la maladie, de nombreux facteurs sont impliqués dans l’apparition du trouble psychotique. Ceux-ci seraient le résultat d’une interaction entre des facteurs biologiques (dont des prédispositions génétiques ainsi qu’une configuration cérébrale particulière) et des stresseurs socioenvironnementaux[10]. D’ailleurs, les personnes atteintes d’un PEP ayant vécu récemment des événements de vie stressants et traumatiques, tels que des difficultés financières, des problèmes de logement ou des abus, auraient un risque presque deux fois plus élevé de présenter des comportements suicidaires[11]. Des interventions visant à développer des stratégies d’adaptation pour faire face aux événements de vie négatifs, comme des stratégies de gestion du stress, de résolution de problèmes et de régulation émotionnelle, pourraient réduire le risque suicidaire chez cette population[12]. Des études seront toutefois nécessaires pour tester l’efficacité de ces interventions sur le risque suicidaire.

La psychose

Toujours dans l’optique de cibler rapidement les personnes à risque de suicide, une étude australienne s’est intéressée au lien entre le type de trouble psychotique et le suicide[13]. En effet, les personnes atteintes d’un PEP peuvent présenter différents types de troubles psychotiques, tels que la schizophrénie*, qui est le diagnostic le plus courant, le trouble schizophréniforme* ou encore le trouble schizoaffectif*[14]. À partir d’un échantillon composé de 280 personnes atteintes d’un PEP, suivies pendant une durée moyenne de 7 ans, l’étude australienne révèle que le type de trouble psychotique n’est pas en soi associé au risque de tentatives de suicide[15]. Toutefois, certains symptômes communs à ces différents troubles pourraient accroître le risque suicidaire.

En effet, les troubles psychotiques incluent différents types de symptômes, dont les symptômes positifs et les symptômes négatifs[16]. Les positifs comprennent les hallucinations, les idées délirantes et les comportements désorganisés. Les symptômes négatifs font plutôt référence à une diminution des aptitudes ou fonctions usuelles de la psyché d’une personne, comme le manque d’énergie et d’intérêt, le manque d’expressivité affective, et la difficulté à amorcer ou à maintenir une conversation.

Une étude, réalisée au Royaume-Uni en 2011, portant sur une cohorte représentative de 2 132 personnes atteintes d’un PEP rapporte qu’un plus grand cumul de symptômes positifs et négatifs (4 et plus) serait associé à un risque de suicide près de 7 fois plus grand que la présence d’une moins grande variété de symptômes[17]. Plus précisément, des délires de grandeur, caractérisés par l’idée que son rôle, sa puissance et son statut sont bien plus importants qu’ils ne le sont réellement, ainsi que des comportements à risque (conduite dangereuse, dépenses excessives, comportements sexuels à risque, etc.) doubleraient le risque de suicide.

Les troubles associés

En plus du cumul de symptômes psychotiques, qui accroîtrait le risque suicidaire, d’autres troubles mentaux qui surviennent souvent de façon concomitante au trouble psychotique sont à prendre en considération dans l’évaluation de ce risque. Notamment, les personnes vivant un PEP qui présentent des symptômes dépressifs demeurent plus suicidaires que les personnes n’ayant pas de tels symptômes sur une période de dix ans[18]. Afin d’intervenir sur ces symptômes, les individus atteints d’un PEP qui sont dépressifs pourraient être encouragés à participer à une thérapie cognitivo-comportementale*, qui est fréquemment offerte dans les programmes d’intervention pour PEP. Une méta-analyse* portant sur dix études ayant évalué l’efficacité de cette thérapie auprès de populations variées rapporte que la thérapie cognitivo-comportementale permet de réduire de moitié le risque d’une nouvelle tentative de suicide[19]. Ce constat demeure à évaluer auprès des personnes présentant un PEP. Un diagnostic concomitant de trouble de la personnalité limite* est également associé à un risque plus élevé de tentatives de suicide[20].

Comparativement aux symptômes dépressifs et au trouble de la personnalité limite, la consommation d’alcool et de drogues est moins clairement associée au risque suicidaire. Dans la population générale, l’abus et la consommation de substances sont associés à un risque suicidaire accru[21]. Cependant, en ce qui concerne les personnes qui présentent un PEP, certaines études rapportent que la consommation abusive de drogues est associée au risque suicidaire, alors que d’autres études n’établissent pas une telle relation[22]. Néanmoins, plus de 50 % des personnes présentant un PEP auraient eu un trouble lié à l’usage de substances au cours de leur vie[23]. Dans un contexte où certaines études ont montré une association entre la consommation problématique et le risque de tentatives de suicide, la consommation et ses conséquences demeurent importantes à considérer dans l’évaluation du risque suicidaire[24].

La détection rapide

Un outil d’évaluation du risque suicidaire qui tiendrait compte des caractéristiques des troubles psychotiques qui sont associées aux comportements suicidaires permettrait aux professionnels œuvrant auprès des personnes atteintes d’un PEP de mieux cibler celles qui sont à risque de suicide et de les soutenir plus rapidement. Cet outil pourrait cibler le jeune âge au moment de l’apparition du trouble psychotique, la plus longue durée de psychose non traitée, les événements de vie stressants et traumatiques, le plus grand cumul de symptômes, les délires de grandeur accompagnés de comportements à risque, les symptômes dépressifs, le diagnostic concomitant de trouble de personnalité limite ainsi que la consommation problématique. D’autres études portant sur l’ensemble des facteurs pouvant influencer les idées et les comportements suicidaires sont encore nécessaires pour mieux caractériser les personnes atteintes d’un PEP à risque de suicide et ainsi intervenir en prévention. La détection rapide du risque suicidaire chez les personnes souffrant d’un PEP est l’une des stratégies permettant de contribuer à l’effort de prévention du suicide au Québec et, donc, de poursuivre la diminution du taux de suicide amorcée au début du siècle.

Lexique :

*Durée de psychose non traitée : espace de temps entre la période de prodrome, c’est-à-dire l’apparition de symptômes avant-coureurs du trouble, et le premier traitement antipsychotique reçu.

*Schizophrénie : diagnostic caractérisé par la présence d’au moins deux des symptômes suivants, pendant une période d’au moins six mois, qui altèrent le fonctionnement de la personne dans au moins une sphère de sa vie (p. ex., travail, relations interpersonnelles) : idées délirantes, hallucinations, discours désorganisé, comportement désorganisé, symptômes négatifs.

*Trouble schizophréniforme : diagnostic posé lorsque les symptômes psychotiques durent moins de six mois.

*Trouble schizoaffectif : diagnostic posé lorsque des symptômes d’un trouble de l’humeur (trouble bipolaire ou dépressif) s’ajoutent aux symptômes psychotiques.

*Thérapie cognitivo-comportementale : méthode thérapeutique qui regroupe des interventions cognitives et comportementales et qui repose sur le postulat selon lequel des croyances erronées contribuent au développement et au maintien d’une détresse émotionnelle et de comportements inadéquats.

*Méta-analyse : type d’étude qui combine, à l’aide de méthodes statistiques, les résultats d’études indépendantes portant sur une question de recherche particulière.

*Trouble de la personnalité limite : diagnostic qui implique que la personne présente, dans différents contextes, de l’instabilité et de l’impulsivité sur le plan des relations interpersonnelles, de l’image de soi et des affects.


Références

[1] Levesque, P., Pelletier, E. et Perron, P.-A. (2020). Le suicide au Québec : 1981 à 2017 – Mise à jour 2020. Institut national de santé publique du Québec. https://www.inspq.qc.ca/publications/2642

[2] Yuen, K., Harrigan, S. M., Mackinnon, A. J., Harris, M. G., Yuen, H. P., Henry, L. P., Jackson, H. J., Herrman, H. et McGorry, P. D. (2014). Long-term follow-up of all-cause and unnatural death in young people with first-episode psychosis. Schizophrenia Research, 159(1), 70-75. https://doi.org/10.1016/j.schres.2014.07.042

[3] Bornheimer, L. A. (2018). Suicidal ideation in first-episode psychosis (FEP): Examination of symptoms of depression and psychosis among individuals in an early phase of treatment. Suicide & Life-Threatening Behavior, 49(2), 423-431. https://doi.org/10.1111/sltb.12440

Pompili, M., Sera, G., Innamorati, M., Lester, D., Shrivastava, A., Girardi, P. et Nordentoft, M. (2011). Suicide risk in first episode psychosis: A selective review of the current literature. Schizophrenia Research, 129(1), 1-11. https://doi.org/10.1016/j.schres.2011.03.008

[4] Abdel-Baki, A., Lalonde, P. et Gingras, N. (2016). Schizophrénies. Dans P. Lalonde et G. F. Pinard (dir.), Psychiatrie clinique : approche bio-psycho-sociale (4e éd., vol. 1, p. 327-371). Chenelière Éducation.

[5] Ibid.

[6] Clarke, M., Whitty, P., Browne, S., Mc Tigue, O., Kinsella, A., Waddington, J. L., Larkin, C. et O’Callaghan, E. (2006). Suicidality in first episode psychosis. Schizophrenia Research, 86(1-3), 221-225. https://doi.org/https://doi.org/10.1016/j.schres.2006.05.026

Dutta, R., Murray, R. M., Allardyce, J., Jones, P. B. et Boydell, J. (2011). Early risk factors for suicide in an epidemiological first episode psychosis cohort. Schizophrenia Research, 126(1-3), 11-19. https://doi.org/10.1016/j.schres.2010.11.021

[7] Clarke et al., op. cit.

[8] Ministère de la Santé et des Services sociaux. (2019). Cadre de référence. Programmes d’interventions pour premiers épisodes psychotiques (PIPEP). Gouvernement du Québec. https://publications.msss.gouv.qc.ca/msss/document-001978/

[9] Ibid.

[10] Abdel-Baki et al., op. cit.

[11] Fedyszyn, I. E., Robinson, J., Harris, M. G., Paxton, S. J. et Francey, S. (2012). Predictors of suicide-related behaviors during treatment following a first episode of psychosis: The contribution of baseline, past, and recent factors. Schizophrenia Research, 140(1-3), 17-24. https://doi.org/10.1016/j.schres.2012.06.022

[12] Ibid.

[13] Robinson, J., Harris, M. G., Harrigan, S. M., Henry, L. P., Farrelly, S., Prosser, A., Schwartz, O., Jackson, H. et McGorry, P. D. (2010). Suicide attempt in first-episode psychosis: A 7.5 year follow-up study. Schizophrenia research, 116(1), 1-8. https://doi.org/10.1016/j.schres.2009.10.009

[14] Kirkbride, J. B., Hameed, Y., Ankireddypalli, G., Ioannidis, K., Crane, C. M., Nasir, M., Kabacs, N., Metastasio, A., Jenkins, O., Espandian, A., Spyridi, S., Ralevic, D., Siddabattuni, S., Walden, B., Adeoye, A., Perez, J. et Jones, P. B. (2017). The epidemiology of first-episode psychosis in early intervention in psychosis services: Findings from the Social Epidemiology of Psychoses in East Anglia [SEPEA] study. The American Journal of Psychiatry, 174(2), 143-153. https://doi.org/10.1176/appi.ajp.2016.16010103

[15] Robinson et al., op. cit.

[16] Abdel-Baki et al., op. cit.

[17] Dutta et al., op. cit.

[18] Sönmez, N., Røssberg, J. I., Evensen, J., Barder, H. E., Haahr, U., ten Velden Hegelstad, W., Joa, I., Johannessen, J. O., Langeveld, H., Larsen, T. K., Melle, I., Opjordsmoen, S., Rund, B. R., Simonsen, E., Vaglum, P., McGlashan, T. et Friis, S. (2016). Depressive symptoms in first-episode psychosis: A 10-year follow-up study. Early Intervention in Psychiatry, 10(3), 227-233. https://doi.org/10.1111/eip.12163

[19] Gøtzsche, P. C. et Gøtzsche, P. K. (2017). Cognitive behavioural therapy halves the risk of repeated suicide attempts: Systematic review. The Royal Society of Medicine, 110(10), 404-410. https://doi.org/10.1177/0141076817731904

[20] Fedyszyn et al., op. cit.

[21] Turecki, G. et Brent, D. A. (2016). Suicide and suicidal behaviour. The Lancet, 387(10024), 1227-1239. https://doi.org/10.1016/S0140-6736(15)00234-2

[22] Melle et al., op. cit.

Clarke et al., op. cit.

Dutta et al., op. cit.

[23] Brunette, M. F., Mueser, K. T., Babbin, S., Meyer-Kalos, P., Rosenheck, R., Correll, C. U., Cather, C., Robinson, D. G., Schooler, N. R., Penn, D. L., Addington, J., Estroff, S. E., Gottlieb, J., Glynn, S. M., Marcy, P., Robinson, J. et Kane, J. M. (2018). Demographic and clinical correlates of substance use disorders in first episode psychosis. Schizophrenia Research, 194, 4-12. https://doi.org/10.1016/j.schres.2017.06.039

[24] Pompili et al., op. cit.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *